• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un retour aux sources

Un retour aux sources - Marc Bélanger

Le coq de mon voisin chante chaque matin. Je me suis habitué à ce réveil matinal. Et pourtant, lorsque l’animal a été adopté, je n’étais pas très content. Il faut dire aussi que je n’avais pas été prévenu. Évidemment, ce fut un dimanche matin que je l’entendis la première fois. Je dormais à poings fermés, des songes agréables peuplaient mon sommeil. Un bruit discordant et inhabituel me leva en sursaut. Alarmé, je descendis sans m’habiller et je me précipitais dans mon jardin. Je reconnus enfin le son pour ce qu’il était.

Je regardais par-dessus la haie. Un coq au plumage flamboyant paradait dans le jardin de mon voisin. Ce dernier le filmait, la caméra à la main, et l’exhortait à continuer. Je continuais de regarder quelque temps, amusé par cette scène. Mon voisin, Alexandre, me vit et m’appela. Il avait gagné l’animal dans une fête foraine. Le cadeau l’avait surpris, mais il avouait s’y attacher déjà. Il avait, selon lui, beaucoup de personnalité. Il lui avait trouvé un nom, Hector. À l’animalerie de la ville, il avait acheté des graines pour le poulet. Car, continua-t-il, ce n’était pas encore un coq fait. Dans quelques mois, les plumes de sa queue pousseraient.

J’étais très étonné, Alexandre n’avait jamais manifesté un quelconque intérêt pour les animaux. C’est un homme un peu précieux, à la tenue soignée. Je le voyais mal aller ramasser les œufs, chaque matin et encore moins construire un poulailler. Je me détrompais bien vite, car je ne savais pas tout sur lui. Il avait vécu à la campagne, dans une ferme. De plus, il avait recherché des informations sur Internet et il pensait prendre quelques poules pour lui tenir compagnie. Il avait trouvé un plan original de mini basse-cour. Le principe était une remorque à roues, pourvue d’un grillage, qui se déplaçait. Le système permettait à la terre d’être fertilisée par l’engrais naturel que les animaux apportaient. Ainsi, mon voisin comptait reconvertir son jardin en potager.

Ce changement dans sa vie eut des répercussions sur la mienne aussi. J’observais pendant une année. Puis, je me décidais. Je demandais des conseils à Alexandre et je me lançais dans la production maraîchère. À nous deux, nous avons développé une société qui vend des fruits et des légumes, issus de l’agriculture biologique. J’en parlais aussi à mon conseiller financier, qui me soutint dans la création de mon activité. Le dimanche, je vais vendre notre production sur les marchés avec mon voisin. J’ai vraiment trouvé la vie qui me convient.

 

The author:

author

Je cherche à travers ce blogue à vous parler des femmes, non plutôt de la chasse, quoique certains pensent que l’un va avec l’autre. Mais non, je vous mène un bateau. Je suis un pécheur… ou un pêcheur ?? Amateur de vélo, je perds facilement les pédales parait-il. Mais non, j’avoue, c’est moi Zorro… mais ne me recherchez pas mon numéro aussi est masqué. Finalement tout est relatif, alors j’adore les relations. Mais ne vous en faites pas, je sais aussi être tendre et soumis à mes heures…