• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un après-midi en famille

Un après-midi en famille - Marc Bélanger

Nous avions prévu de recevoir des amis et de la famille par un bel après-midi du mois d’octobre. J’avais eu un peu peur que certains aléas climatiques viennent perturber notre fête, mais le vent et la pluie se tinrent tranquilles, nous permettant de profiter d’un bel après-midi ensoleillé. Les oiseaux chantaient et les papillons, les abeilles, se précipitaient sur les asters et sur les roses. J’avais convié aussi ma plus ancienne amie, qui est tisserande. Elle m’a toujours impressionnée quant à sa capacité de concentration sur son ouvrage. Je l’ai déjà regardé faire, pendant des heures, parfois. Elle a un rythme tranquille qui m’hypnotise et me détend. Je suis totalement incapable de passer autant de temps qu’elle a réaliser des écharpes, des gilets et autres accessoires qu’elle créée avec ses tissus. Elle m’avait aussi appris à me servir de son métier à tisser, mais je ne l’utilisais que très peu.

Une de mes cousines s’approcha de nous. Elle avait eu un petit-fils récemment et elle nous montra les dernières photos de l’enfant. La maman occupait un emploi infirmiere. Le père s’occupait beaucoup du bébé. Je sentais que la grand-mère était charmée par ce nouveau venu dans la famille. Ma femme s’approcha de moi et me demanda si j’avais prévu une salade sans thon, car la mère d’Agnès ne supportait pas ce poisson. J’avais prévu toutes sortes de plats composés de légumes crus ou cuits et de viandes ou de poissons. Je lui expliquai où elle pourrait trouver le reste des mets de ce repas. La grande table avait été dressée à l’ombre des chênes. Les plus âgés avaient des fauteuils et les places étaient attitrées. J’avais dressé le plan de table avec ma cousine.

Elle était vraiment une championne quand il s’agissait d’organisation. Elle avait beaucoup d’idées pour décorer, pour parvenir à trouver une place pour chacun autour de la grande table. J’avais demandé à des déménageurs de me la sortir de mon salon. Elle était si lourde qu’ils s’y étaient mis à six pour la porter sur l’estrade qui était prête à l’accueillir. Comme certains de mes invités se retireraient tard, voire même, ils resteraient dormir sur place, j’avais prévu de grands chandeliers pour éclairer tout le monde à la nuit tombée. Elle arriva plus vite que je ne l’aurais crû. Le spectacle de ce repas nocturne éclairé à la lueur des bougies est un souvenir magnifique, que je garde intact dans ma mémoire.

 

The author:

author

Je cherche à travers ce blogue à vous parler des femmes, non plutôt de la chasse, quoique certains pensent que l’un va avec l’autre. Mais non, je vous mène un bateau. Je suis un pécheur… ou un pêcheur ?? Amateur de vélo, je perds facilement les pédales parait-il. Mais non, j’avoue, c’est moi Zorro… mais ne me recherchez pas mon numéro aussi est masqué. Finalement tout est relatif, alors j’adore les relations. Mais ne vous en faites pas, je sais aussi être tendre et soumis à mes heures…