• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mon baptême de l’air en Montgolfière

Mon baptême de l’air en Montgolfière - Marc Bélanger

D'aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionné par l’aviation et les aviateurs. Mon héros est d’ailleurs, Charles Lindbergh. Depuis ma tendre enfant, je collectionnais les avions miniatures, j’étais tellement obsédé par tout ce qui pouvait voler, que j’ai même fini par en faire mon métier. Eh oui, je suis pilote de ligne. J’ai déjà volé dans tous les types d’appareils, allant de vieux biplans, à des avions-cargos. Il y a quelques mois, je m’étais rendu compte que je n’avais jamais volé en Montgolfière. J’ai décidé d’essayer, je me suis dit que ça me ferait un joli souvenir.

Un voyage sans anicroche

Je me suis rendu auprès d’un aérodrome de Montgolfière situé à quelques kilomètres de Montréal. Comme je suis arrivé un peu en retard, il ne restait plus qu’un vol de soir. C’était mon premier vol, et vraisemblablement, ce fut également le cas pour les 4 autres passagers du ballon. Avec le pilote, nous étions 6 dans la nacelle. Cette nuit-là, je me suis lié d’amitié avec un homme qui travaillait comme superviseur pour une entreprise de toiture Saint Hubert. Après les préparatifs, nous avons décollé en direction du Nord-ouest. En quelques minutes, le ballon s’est élevé haut dans le ciel, mais comme il commençait à faire sombre, nous n’avions pas pu admirer le paysage. Nous n’avons pu voir que les lumières de Montréal au loin. Par moment, nous avons pu apercevoir des villages dormants en dessous de nous. À la hauteur où nous étions, ces villages étaient paraissaient vraiment minuscules. Je n’avais pas idée que les Montgolfières pouvaient avancer aussi lentement, moi qui étais habitué à voler à la vitesse du son.

Un atterrissage mouvementé

Cette nuit-là, j’ai vraiment pris plaisir à communier avec la nature. Il est vrai qu’il n’y avait presque rien à contempler, mais cela m’importait peu. Après avoir dérivé dans le ciel pendant plusieurs heures, le pilote a estimé qu’il fallait atterrir à mon grand regret. Il connaissait parfaitement la géographie du coin, mais par une soirée plutôt sombre, il était difficile de se repérer convenablement. Soudain, des feux se sont allumés sur le sol, c’était notre piste d’atterrissage qui était balisée. Nous nous sommes approchés au plus près du sol, et c’est là que le pilote a ouvert le haut du ballon en tirant de toutes ses forces sur une corde. Malheureusement, l’atterrissage fut très violent, je suis sorti de la nacelle secouée, mais content du voyage.

 

The author:

author

Je cherche à travers ce blogue à vous parler des femmes, non plutôt de la chasse, quoique certains pensent que l’un va avec l’autre. Mais non, je vous mène un bateau. Je suis un pécheur… ou un pêcheur ?? Amateur de vélo, je perds facilement les pédales parait-il. Mais non, j’avoue, c’est moi Zorro… mais ne me recherchez pas mon numéro aussi est masqué. Finalement tout est relatif, alors j’adore les relations. Mais ne vous en faites pas, je sais aussi être tendre et soumis à mes heures…