• Facebook
  • Twitter
  • Google +

L’aide sociale

L’aide sociale - Marc Bélanger

Un rendez-vous d’épilation laser est exactement le genre de soi-disant « priorité » que les travailleurs sociaux cherchent à décourager chez leurs clients pauvres et sans revenus. Si ces gens n’ont pas d’autre entrée d’argent que l’assistance de dernier recours de l’état, ils ne devraient pas courir les banques alimentaires pour se nourrir, et ensuite, passer leur liquide dans les centres d’esthétiques. Ce n’est pas juste, car leur source d’argent vient de la population en général, et ces citoyens ne seraient pas contents de savoir que leurs impôts alimentent les besoins esthétiques des personnes sans le sou.

Certes, un certain besoin de bien paraître est acceptable, car on veut tous être capable de bien se présenter en public ou en couple. Par contre, il ne faut pas aller au-delà de nos limites. Se procurer un peu de maquillage pour les femmes, et quelques produits de beauté n’est pas une exagération, et si on se limite à quelques petits trucs économiques, il n’y a pas de problème avec ça. Il faut tout simplement se restreindre, et ne pas chercher à se procurer des luxes qu’on ne peut pas se permettre.

Alors, c’est pour cela que mon approche avec eux est de leur parler de ce qui est possible quand on n’a pas les moyens de tout avoir. Ces personnes-là sont souvent en train de recevoir de l’assistance de dernier recours, car elles ne sont pas en mesure de bien comprendre la société pour quelque raison que ça voudra. Certains concepts que la population en général prend pour acquis, comme celui de savoir gérer un budget, ou de pouvoir mettre de l’argent de côté et comment, les dépassent. C’est trop pour eux. 

Je ne veux pas que les gens se mettent à juger les personnes démunies. Ce n’est souvent pas leur faute qu’ils n’ont pas réussi à comprendre les concepts de base de la survie dans la société. Parfois, un manque d’éducation à cause que leurs proches les empêchaient de pouvoir écouter ce qui se passait en classe, comme dans le cas d’un enfant battu ou abusé à la maison, finit par être la cause de leur détresse. Ils sont trop distraits quand ils se retrouvent sur un banc d’école, car ils ne peuvent pas arrêter de penser à leurs problèmes à la maison, ou parce qu’ils ont trop faim, parce qu’ils ont dû quitter leur demeure trop rapidement, ou parce que leurs parents se sont foutus carrément de leur alimentation.

Donc, devenus adultes, ces personnes sont souvent incapables de prendre soin d’elles.

 

The author:

author

Je cherche à travers ce blogue à vous parler des femmes, non plutôt de la chasse, quoique certains pensent que l’un va avec l’autre. Mais non, je vous mène un bateau. Je suis un pécheur… ou un pêcheur ?? Amateur de vélo, je perds facilement les pédales parait-il. Mais non, j’avoue, c’est moi Zorro… mais ne me recherchez pas mon numéro aussi est masqué. Finalement tout est relatif, alors j’adore les relations. Mais ne vous en faites pas, je sais aussi être tendre et soumis à mes heures…